Imprimer FacebookTwiterLinkedinViadeo
Mascotte

Pharmacies d'officine

Majorité de pharmacies avec 3-5 salariés

L’OPCA PL répertorie 23 465 officines en 2009 et 113 103 salariés ETP (Equivalent temps plein). Les pharmacies d'officine de moins de cinq salariés sont les plus nombreuses (65 % du total), mais celles qui emploient entre 6 et 9 salariés ont un effectif salarié cumulé plus important (46 %). Les pharmacies d'officine de plus de 10 salariés ne regroupent qu’un salarié sur 10.

Les statistiques de l’évolution de l’emploi salarié montrent une tendance à la hausse des effectifs jusqu’en 2007 suivie d’une légère baisse depuis.
Cette évolution diffère selon la taille des officines :

  • une forte baisse des effectifs entre 2007 et 2008 avec un taux de croissance de - 0,88 %. Cette tendance est encore plus marquée dans les pharmacies d’officine de 5 à 9 salariés ;
  • une augmentation de l’emploi plus favorable pour les pharmacies d’officine de 10 salariés et plus qui ont connu sur la même période (2007-2008) un taux de croissance de 1,85 % des effectifs.

Une répartition inégale sur le territoire

Les trois grandes régions françaises (Ile-de-France, Rhône-Alpes et Provence – Alpes – Côte d’Azur) représentent globalement le tiers des officines. Ces trois régions concentrent également plus du tiers des salariés. Selon l’ordre des pharmaciens, la densité pharmaceutique par habitant (moyenne nationale de 86 pharmaciens pour 100 000 habitants) reste plus forte dans certains départements du Sud, soit en raison de la désertification démographique (Limousin, Lozère, Hautes-Alpes), soit en raison d’une forte influence touristique (Hérault, Gard, Bouches du Rhône, …). Le grand bassin parisien est marqué par une densité plus faible en raison d’une réglementation d’implantation plus stricte.

Une population très largement féminine et jeune

Les femmes et les jeunes sont très majoritaires parmi les salariés des pharmacies d’officine. Il existe par ailleurs une relation décroissante entre l’âge et l’appartenance au secteur qui se traduit par une baisse des effectifs salariés dans les tranches d’âge plus âgées, signe d’une mobilité hors branche importante en cours de carrière. La baisse plus importante des effectifs en début de carrière est liée à la fin de la période de formation en alternance pour les préparateurs. Cette baisse semble indiquer qu’une partie des individus titulaires du brevet professionnel (BP) sortent de la branche dans les années qui suivent l’obtention de leur diplôme.

Prédominance des employés

La répartition des effectifs par types de métiers montre que les préparateurs en pharmacie sont les plus nombreux. Ils représentent 47 % de l’effectif total suivis par les pharmaciens salariés (20 %). Le reste des effectifs est ventilé entre les métiers de l’administratif, de la maintenance et de la vente (autres que pharmaceutiques).La structure de l’emploi diffère fortement en fonction du genre : 77 % des femmes sont employées (préparatrice en pharmacie ou employée en pharmacie) contre 58 % des hommes, tandis que 43 % des hommes occupent un emploi de pharmacien adjoint contre 24 % de femmes.

Prépondérance des contrats à durée indéterminée

Le contrat à durée indéterminée (CDI) reste majoritaire dans le secteur : il concerne 81 % des salariés. Il existe peu de différences contractuelles entre les catégories socioprofessionnelles. Respectivement 86 % et 88 % des cadres (pharmaciens) et des professions intermédiaires (préparateurs) ont un contrat à durée indéterminée (CDI), mais seulement 72 % des employés de pharmacies et des salariés occupant d’autres fonctions (rayonnistes, personnel administratif, chargés de maintenance). Si on exclut les contrats d’apprentissage, la part des CDI dans la catégorie « employés » est identique à celle des cadres et des professions intermédiaires.

Des femmes majoritairement à temps partiel et des hommes à temps plein

Le temps partiel concerne un peu plus du tiers des salariés et plus largement les femmes (39 %) que les hommes (21 %) – Mornay, 2009).
Près de la moitié des salariés à temps partiel travaille sur une durée équivalente à plus de trois jours et un tiers sur une durée maximale de deux jours.
La proportion de salariés à temps partiel décroit avec la taille de l’entreprise. Le temps partiel concerne moins d’un quart des salariés de moins de 35 ans et la moitié des salariés de plus de 50 ans.

  • Les préparateurs représentent 50 % des salariés à temps partiel, lorsqu'ils sont à temps partiel, c’est souvent dans un second temps, après leur embauche réalisée à temps plein.
  • Les pharmaciens adjoints 26 %.
  • Les employés d’entretien sont tous à temps partiel ;

Une majorité de pharmacies formatrices et de salariés formés

Six pharmacies sur 10 ont fait usage du plan de formation et 57 % des salariés ont eu accès à une formation au cours des trois années (2009-2010-2011). Ceci place la branche en tête du secteur santé pour le taux d’accès à la formation.
Les hommes ont proportionnellement plus accès au plan de formation que les femmes : ils ne représentent que 10 % des salariés de la branche mais près de 40 % des stagiaires.
La professionnalisation est peu utilisée, elle a concerné entre 6 % et 7 % des entreprises et 1 % à 2 % des salariés, ceci s’explique notamment par l’apprentissage qui est très développé.